EMDR / IMO Différences & ressemblances - Page 3

L’application des techniques

Tous ces éléments étant établis, il est clair que certaines différences se dégagent quant à l’application concrète des deux techniques. D’abord, mentionnons une différence notable quant à leur facilité d’application. En fait, du point de vue du thérapeute, l’EMDR se révèle plus facile à appliquer que l’IMO/EMI, ne serait-ce qu’à cause du nombre de segments utilisés dans chacune de ces techniques. Si le thérapeute en EMDR doit effectuer un seul type de segment, le praticien de l’IMO/EMI, pour sa part, en exécute une vingtaine. De plus, il doit constamment veiller à effectuer les segments à la vitesse demandée par le client, afin de lui éviter de ressentir un inconfort. Pendant les segments, le thérapeute doit également répéter certains mots ou offrir une mise en scène – en ayant recours à des éléments de la thérapie d’Impact ou de la gestalt, par exemple – afin de maintenir le client en contact avec son circuit psychogène.

Une autre différence entre les deux techniques réside dans le fait que le client a davantage de contrôle en IMO/EMI. Il peut en effet choisir la direction du prochain segment, de même que son amplitude et sa vitesse d’exécution. Si une zone s’avère particulièrement chargée et douloureuse, il peut décider de ne pas trop la " fréquenter ". Afin de doser l’intensité du traitement et de rendre l’expérience plus facile, le thérapeute propose alors un segment dans une zone moins chargée, ou alors un segment reliant la zone difficile avec une zone plus légère. Le client est toujours libre d’accepter ou de refuser, selon son état émotif, ce qui est proposé. À la fin du traitement, le client est invité à créer son propre segment pour clore le traitement et surtout pour intégrer l’ensemble de son expérience de façon écologique. Enfin, le fait que le client ait plus de contrôle en cours de traitement favorise la création d’une " transe " bénéfique entre le client et le thérapeute, de même que l’établissement d’une solide relation de complicité et de confiance.