EMDR / IMO Différences & ressemblances - Page 4


 

L’IMO/EMI: une approche prometteuse

Le livre de Francine Shapiro sur l’EMDR étant paru en 1989 et celui de Danie Beaulieu sur l’IMO/EMI étant tout récent (2003), cette dernière approche n’est pas encore au sommet de son rayonnement et de sa popularité.

Comme Connirae et Steve Andreas se définissent non pas comme des " researchers ", mais comme des " searchers ", la seule étude empirique qui a été menée sur la technique l’a été par Danie Beaulieu (2003). Néanmoins, le traitement IMO/EMI se fait de plus en plus connaître, et ce, principalement par le biais de formations spécialisées. À ce jour, plus de 2000 thérapeutes enthousiastes ont été formés, et ce, tant en Amérique du Nord (Canada, États-Unis) qu’en Europe (France, Allemagne, Angleterre, Italie).
 

En conclusion

En terminant, bien que l’IMO/EMI et l’EMDR se ressemblent, ces deux techniques neurothérapeutiques présentent néanmoins des différences importantes. Comme il a été mentionné, les deux techniques diffèrent sur le plan des segments effectués, de la nature des mouvements oculaires sollicités et de l’application : la technique IMO/EMI est beaucoup plus souple et elle offre une plus grande latitude aux clients et aux thérapeutes. Quoi qu’il en soit, un fait demeure. Au-delà des différences, le domaine de la psychothérapie a fait un pas de géant depuis la venue de ces deux techniques. Et ceux qui souffrent peuvent désormais espérer une véritable guérison.

Références :
BEAULIEU, D. (2003). Eye Movement Integration Therapy : The Comprehensive Clinical Guide. Wales : Crown House Publishing Ltd.
SHAPIRO, F. (1989a). " Efficacy of the eye movement desentitization procedure in the treatment of traumatic memories ", Journal of Traumatic Stress, 2 (2), 199-223.